Individualisation dans la salle de bain d'hôtel.

Un article de Thomas Edelmann.

AXOR Talk sur l'ISH

L'AXOR Talk. Méga-tendance à l'individualisation.

Jeanette Huber du Zukunftsinstitut (Institut de l'avenir), l'architecte de Francfort Bernd Hollin et Eva Herrmann, directrice de l'hôtel-boutique « The Fritz » à Düsseldorf discutèrent des défis posés par l'individualisation lors du deuxième AXOR Talk sur l'ISH. La salle de bain d'hôtel était au centre des débats.

Le journaliste et critique de design Thomas Edelmann était assis dans le public. Son article traite des différents points de vue des trois participants à la table ronde.

Discussion autour de la salle de bain AXOR sur l'ISH.

Effets de l'individualisation.

Huber a esquissé la signification biographique du changement social et a poursuivi : « L'individualisation modifie nos biographies », en référence à l'architecture et à l'habitat, elle déclara : « Nous n'avons plus besoin de monofonctionnalité, mais de versatilité modulaire. Dans la salle de bain aussi. »

Possibilités offertes par l'individualisation.

L'architecte Hollin s'est référé aux possibilités d'« Évoquer les univers par des substances construites » et l'a illustré par des exemples résultant de la longue collaboration avec la Lufthansa, pour laquelle il conçut ses bureaux-lounges et espaces First Class dans l'A380.

Architecte Bernd Hollin – AXOR Talk.
Eva Herrmann, Manager de l'hôtel « The Fritz ».

Une question de rentabilité.

« Où le design n'est-il plus individuel, où est-il exalté selon vous ? » a demandé le présentateur à la directrice d'hôtel Herrmann. Elle revient sur le thème de la rentabilité. « Des prix trop élevés n'intéressent pas le secteur hôtelier. Nous ne construisons pas une salle de bain, mais plusieurs. Nous n'en avons que 31, mais dans les grandes propriétés comprenant plus de 400 salles de bain, le budget est un facteur décisif. »

Architecture d'intérieur comme différenciation.

Pour se différencier, Herrmann a « mis le design au premier plan » dans sa maison. L'architecture d'intérieur a été réalisée par la néerlandaise Vivian van Schagen, le bois et le marbre dominent la conception. Le noir, le blanc et l'or marquent les espaces, dans la salle de bain avec les mitigeurs AXOR en or brillant.

Photographie © Soenne

Salle de bain et chambre à coucher dans l'hôtel « The Fritz ».
Chercheuse Jeanette Huber.

Des détails pour le bien-être.

La chercheuse Huber se fait concrète : le confort et le High-Tech sont très prisés. Elle insiste sur le fait qu'une perte de contrôle au regard de la technique n'est pas acceptable. « Nous avons besoin de technologie emphatique qui agit en arrière-plan. » Cela rappelle un peu le concept anglo-saxon du butler, qui malgré une promesse contraire des relations publiques, n'a pas encore trouvé de successeur numérique.

« Rapport de tension entre individualisation et identité ».

L'architecte Hollin s'intéresse fortement au « rapport de tension entre l'individualisation et l'identité », car il construit des espaces pour des marques qui, outre la différenciation des surfaces, misent sur la reconnaissance de l'origine de la marque.

Architecte Hollin en entretien.
Restaurant dans hôtel « The Fritz ».

Le bien-être à tous les niveaux.

Pour la manager d'hôtel Eva Hermann, une utilisation fiable de son aménagement luxueux est essentielle. « Notre objectif était de construire quelque chose de grande valeur mais pas bourgeois, plutôt noble et plein d'humour. » Pour elle, la nouvelle durabilité est l'ancienne longévité.

Photographie © Soenne